Les agents de sécurité de l’hôpital de Saint-Quentin ne veulent plus être «les éternels oubliés»